Prêt pour la pompe

Au village de Ninigui, la population attend l'arrivée de trois forages : un premier dans le quartier de Baasneeré, près du siège de l'Union des groupements Naam, et deux autres dans le grand quartier de Souka.

Les futurs usagers de chacun des trois forages se rassemblent pour une réflexion participative sur les rôles du comité à installer.

Béatrice, animatrice de l'Ocades, mène les discussions. Petit à petit les participants réalisent pourquoi il est important d'avoir un comité fonctionnel : il faut entretenir la pompe, veiller sur l'hygiène, gérer une caisse et réparer la pompe en cas de panne.

Tout le monde ne peut faire partie du comité : chaque fonction a ses exigences. Savoir lire et écrire est par exemple essentiel pour être secrétaire.

Après la session, les futurs usagers du forage se réunissent pour désigner les membres du comité.

Les 21 membres des trois comités sont formés par l'Ocades pour bien jouer leur rôle.

La formation se porte entre autre sur l'importance de l'hygiène et la prévention des maladies hydriques.

Que faut-il faire pour éviter que votre forage ne se présentera pas comme celui du dessin ?

Les trois comités visitent un forage réalisé dans un autre quartier du village. Ils voient en pratique comment bien entretenir l'ouvrage.

Le comité gère une caisse pour pouvoir payer les éventuelles réparations. La caisse est remplie par des cotisations périodiques ou par la vente de l'eau à la pompe. Le comité doit être capable de tenir un cahier de caisse.

Pour installer une pompe, il faut d'abord forer. De grosses machines sont nécessaire pour forer un trou d'une profondeur de 75 à 95 mètres.

Jusqu'à 40 à 50 mètres de profondeur, la terre altérée n'est pas trop dure. Une tête de perceuse plus fine sert à forer dans la roche dure. Si on ne trouve pas d'eau, le forage est négatif. Nous espérons donc obtenir trois forages positifs.